AR BREZHONEG GWECHALL

LE BRETON HIER


Betek an daouzekvet kantved e veze renet Stad Breizh renet gant tierned a gomze Brezhoneg.

Goude, an holl rouaned a gomze galleg betek an seitekvet kantved ( ma oa bet staget Breizh ouzh Bro C'hall).

En dekvet kantved, pa oa tachenn ar brezhoneg en he brasañ, e veze komzet ar yezh-mañ deus Sant-Malo betek gourenez Gwenrann .

 

Goude an eizhvet kantvet ez aio an harz etre ar brezhoneg hag ar galleg 100 kilometr war-gil.

Hiriw emañ an harzh war ul linenn deus Pempoul betek Gwened .

HARZ AR BREZHONEG

(limites de la langue bretonne)

Betek an triwec'hvet kantved e oa chomet ar brezhoneg ur yezh uhel he reñk e-mesk holl renkoù ar gevredigezh d'an nebeutañ e Breizh Izel .

N'eo nemet da vare an dispac'h bras ma 'z eo bet argadet ar brezhoneg gant ar galleg . Ne oa ket ken ar brezhoneg ur yezh uhel he reñk. Red eo derc'hel soñj eus ar pezh en doa lavaret ar c'hannad "Barère de Vieuzac" er C'hoñvension : " an den diouiziek a gomz brezhoneg".

Koulskoude, er bloavezh 1902 : 90 % annezerien breizh Izel a gomze brezhoneg , da lavarout eo, 1 200 00 den ha 50 % anezho ne ouient tamm galleg ebed.

 

Neuze, kemer a ra aon ar republik gall rak ar yezh-mañ.

Divizout a ra Stad Bro C'hall lemel ar brezhoneg . Difennet eo komz brezhoneg er skolioù. "Arabat komz brezhoneg er c'hlasoù nag war ar porzhioù c'hoari" .

 

Mare ar simbol eo : ur votez goad toullet, pe un dra bennag all a veze lakeet a-istribilh ouzh gouzoug ar bugel a oa tapet o komz brezhoneg .

Ret e oa d'ar bugel diskuliañ ur c'hamarad all hag en doa komzet brezhoneg ivez.

Betek ar bloavezhioù 1940 e pado an doare ober-mañ. Echuet e oa da-vat pa oa aotreet deskiñ brezhoneg er skol ( lezenn Dexonne e 1951).


LE BRETON HIER

Jusqu'au XII ème siècle, l'état breton est dirigé par des dynasties de langue bretonne.

Au delà de cette date, tous les souverains bretons , jusqu'au XVI siècle , date de l'annexion de la bretagne à la France, seront de langue française.

Au moment de sa plus grande extension, c'est à dire au X è siècle, le breton est parlé de St malo à la presqu'île de Guérande.

En huit siècles, cette frontière linguistique reculera d'environ 100 KM , on situe la limite aujourd'hui de la bretagne bretonnante sur une ligne de Paimpol à Vannes.

 

Limites du breton au IXè siècle et XX ème siècle.

Jusqu'au XVII siècle, le breton est demeuré une langue de prestige dans toutes les classes de la société au moins dans la partie occidentale de la bretagne (basse bretagne).

Ce n'est qu'au moment de la révolution française, que le breton se voit attaqué par le français et que son prestige s'affaiblit . il faut se souvenir du discours du député Barère de Vieuzac à la Convention : "la superstition parle bas - breton" .

 

Pourtant, en 1902: 90 % des habitants de la Bretagne bretonnante parlaient le breton , soit 1 200 000 personnes et 50 % d'entre eux ignoraient totalement le français.

La république française prend alors peur .

L'état décide d'éradiquer le breton. C'est l'interdiction du breton à l'école. "plus un mot de breton en classe ni dans les cours de récréation" .

C'est l'époque du symbole : sabot percé d'un trou , ou tout autre objet qu'on accrochait au cou de l'enfant coupable d'avoir parlé breton . Pour s'en séparer, l'enfant devait dénoncer un autre camarade ayant laissé échapper un mot de breton .

Cette pratique perdurera jusqu'à la fin des années 1940 et cessera définitivement avec l'autorisation de l'enseignement du breton jusque là interdit ( loi Dexonne 1951) .