MEUR A RANNYEZH

DIFFERENTS BRETONS


Gant an dud e veze treuskaset ar brezhoneg. Met goude ma oa bet staget Breizh ouzh Bro C'hall, ne oa bet lakaet ar yezh war-raok (dreist-holl er skridoù : gant "Edit de Villers Coteret" e 1539 eo ret implij ar galleg e skridoù ar justis). Neuze eo bet rannet ar brezhoneg e meur a rannyezh .

 

Peder rannyezh zo :

 

E dibenn an naontekvet kantved e oa bet kroget gant ul labour evit unaniñ ar brezhoneg tamm ha tamm.

Er bloavezh 1908, an teir rannyezh tostañ a oa bet unanet dindan an hevelep skritur , ar "KLT".

Un tammig disheñvel e oa brezhoneg Bro-Wened abalamour da boentioù yezhadur ha geriaoueg.

Er bloavezh 1941 e voe unanet ar gwenedeg e-keñver an doare skrivañ : ar "KLTG" eo.

Bremañ e kaver ur brezhoneg unvan e barzh al levrioù, ar c'heleier pe ar skolioù.


DIFFERENTS BRETONS

En l'absence de promotion du breton après l'annexion de la Bretagne à la France,(notamment dans les actes écrits, l'Edit de Villers Coteret 1539 imposait le français dans tous les actes judiciaires et notariés), le Breton transmis par les parents, s'est vite fragmenté en différents dialectes .

 

On a ainsi distingué 4 variétés de breton :

 

Entamé au XIX siècle, un travail d'unification de la langue bretonne écrite a été mené progressivement par étapes .

En 1908, Les 3 premiers, proches, ont été regroupés sous une écriture commune le KLT (Kerne- Leon - Treger) .

Le vannetais , plus différent des autres dialectes, a constitué un breton un peu différent en raison de certains points de grammaire et de vocabulaire spécifiques .

D'autres étapes suivront , notamment en 1941, avec l'unification orthographique avec le Vannetais pour former le KLTG ( G pour Vannetais , Gwened en Breton) .

Aujourd'hui, la langue bretonne enseignée , celle que l'on trouve majoritairement dans les publications, est une langue désormais unifiée.