3

 

PENAOS BEZAÑ BREIZHAD (HAG GALL) ER BLOAVEZH 1998 ?

COMMENT PEUT ON ETRE BRETON ( ET FRANCAIS) EN 1998 ?


« Penaos e c'heller bezañ breizhad ?» , a skrive Morvan Lebesque e barzh ul levr a zo bet embannet 25 vloazh zo .

Kaout mezh o komz o yezh a oa trivliad kalz a vretoned hag a oa war an oad ha ne gavent ket o flas e-barzh ar gevredigezh c'hall. Fall e oa hounnez evito ha leun a zispeiz ivez.

Kaout mezh o komz galleg fall, kaout mezh o kaout ur pouezh-mouez brezhonek, kaout mezh o vezañ brudet da vezañ ur mezvier....

Ur skeudenn fall a zo deuet da vezañ un skeudenn vad en ur remziad.

Ur cheñchamant nevez eo. Tamm ha tamm eo deuet abaoe ar blovezhioù 60 ha 70.

Poezus-tre eo bet an emsav sevenadurel goude ar bloavezh 68. Arzourien evel Alan Stivell lakaet sonerezh Breizh da vezañ anavezet gant tud all. Levr Morvan Lebesque, hini Per Jakez Helias, o deus lakaet Breizh da vezañ brudet.

Barzhed hag skrivagnerien o deus embannet o fersonelezh.

 

Kiladenn ur meuriad pe c'hoant kavout ul liamm nevez, diazezet war ar c'hoant da zizoloiñ en-dro an hevelebiezh vrezhonek. Muioc'h-muiañ a dud a stourm evit anaoudegezh o sevenadur hag o histor. Met ul lodenn eus Frañs int ivez, digoret war Europa.

Skouerioù eus broioù all Unvaniezh Europa ziskouez ez eo possubl : Bro-Lombardi, Bro-Gatalogn, Bro-Gembre....

 

E deroù ar c'hentañ kantved warn ugent hag unvanadur ar moneiz e Europa, eo ret kaout soñj eus mennozhioù Ernest RENAN : "N'eo ket ar vroad frouezhenn an herezh, nag hini an douraoniezh , ar relijion pe ar yezh met frouezh ar volontez da vevañ asamblez .

Bresk eo an frouezhenn mañ ha sujet da vezañ votet bep gwech adarre.


COMMENT PEUT ON ETRE BRETON (ET FRANCAIS) EN 1998 ?

« Comment peut-on être Breton ?», écrivait Morvan Lebesque, dans un livre phare publié il y a maintenant 25 ans.

 

La Honte de soi, a longtemps été le sentiment qui caractérisait beaucoup de Bretons d'un certain âge ne trouvant pas leur place dans une société française qui leur était sur bien des points étrangère et qui les méprisait.

Honte de ne pas bien parler le français, honte d'avoir un accent breton, honte d'avoir, collectivement, une réputation d'ivrogne, etc...

 

Nous sommes passés, en une génération, d'une identité négative à une identité positive.

Le changement est récent . Il est venu progressivement depuis les années 60-70.

Sur le plan culturel, le mouvement revendicatif d'après 1968 a joué un rôle indéniable. Des artistes comme Alan Stivell ont fait reconnaître la musique bretonne. Le livre de Morvan Lebesque, celui de Per Jakez Hélias, « le Cheval d'Orgueil », ont donné une image positive de la Bretagne. Les artistes et écrivains ont revendiqué leur identité.

 

Repli tribal ou simplement aspiration d'un nouveau lien social, fondé sur la redécouverte de l'identité bretonne. De plus en plus de personnes revendiquent aujourd'hui la reconnaissance de leur culture et de leur histoire , tout en se reconnaissant pleinement dans une communauté française elle même ouverte sur l'Europe.

 

Les exemples d'autres pays de l'union europénne montrent que cela est aujourd'hui parfaitement possible : Lombardie , generalitat de Catalogne, pays de Galles ....

 

A l'aube du XXI siècle , à la veille de l'unfication monétaire de l'europe, il faut se remémorer les idées d'Ernest RENAN : Une nation n'est ni le fruit de l'hérédité , ni de la géographie, ni d'une religion, ni d'une langue mais le résultat de la volonté de vivre ensemble. Un résultat par nature fragile et soumis à un plébiscite permanent .